Tenue de la première partie de la formation sur « L’évaluation des besoins de l’enfant victime »

Tenue de la première partie de la formation sur « L’évaluation des besoins de l’enfant victime »

Une formation sur le thème : « Les outils d’évaluation des besoins des enfants victimes utilisés en France. Partage d’expérience. » a eu lieu du 2 au 4 avril à Vidin, en partenariat avec l’organisation française « La Voix de l’Enfant ». Au cours de cette formation, a été présentée et discutée l’expérience française en matière d’audition des enfants victimes de violence, en mettant l’accent principal sur l’interaction entre les professionnels de la santé, la protection de l’enfance, la justice et la police. Il y avait deux formatrices : Anne Groleau et Dr. Nadia Stoykova de l’Institut des Activités et Pratiques sociale. Anne Groleau a 13 ans d’expérience dans le travail avec des enfants et leurs familles en France, dans la formation sur l’audition des enfants, dans le cadre de la procédure judiciaire, et l’accompagnement de leurs familles et proches.


L’expérience française a été discutée dans le contexte des possibilités, pour une meilleure application du Mécanisme de coordination de l’interaction dans le travail avec les enfants victimes ou à risques de violences et dans l’intervention en situation de crise.

La formation lancé la formation d’une équipe multidisciplinaire à Vidin, où la Police, le Tribunal, le Parquet, le Département de la Protection de l’enfance, l’Hôpital Polyvalent pour Traitement Actif Sveta Petka et des  représentants du CSSCF et du SAPI vont réunir leurs efforts, en vue de l’application du nouveau modèle d’interaction au niveau local, afin de réagir de manière efficace aux signalements de violences contre des enfants.

Le prochain modèle à piloter sera consacré à l’évaluation personnalisée des enfants victimes de la violence et la criminalité. Il a pour objectif d’identifier le risque de victimisation répétée, d’intimidation ou de représailles de la part de l’auteur du crime ou de personnes envoyées par lui, le risque de victimisation secondaire, ainsi que de déterminer les mesures spéciales à entreprendre, pour réduire le risque pesant sur l’enfant victime.

 

Vous pouvez télécharger la documentation relative à la formation sur le site web suivant.